La dette des pays en développement : bilan et perspectives

La crise de la dette qui a débuté en 1982 est la conséquence d’un certain laxisme de la part des créanciers quant aux prêts accordés, d’une mauvaise utilisation des sommes reçues par les dirigeants des pays en développement et de la politique anti inflationniste menée au début des années 1980 par les pays occidentaux. Cette crise a été gérée, avec l’accord des créanciers, par les institutions financières internationales. Ainsi, le FMI et la Banque mondiale ont conditionné toute restructuration de dette à l’adoption de programmes d’ajustement structurel qui, loin de régler les maux dont souffrent les PED, ont conduit à la crise des années 1990 et se sont traduits par une mise sous tutelle des économies des pays en développement. Si les institutions financières internationales tentent d’infléchir leurs politiques, celles-ci participent toujours d’une logique libérale. En définitive, si l’on veut redonner une certaine liberté d’action aux PED, il convient de supprimer cet instrument de domination que constitue leur dette extérieure. Une telle annulation trouve des justifications tant économiques que politiques.

Pour lire la suite, aller sur le site internet du Comité pour l’annulation de la dette des pays du tiers monde

0 Responses to “La dette des pays en développement : bilan et perspectives”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: