Mettre l’industrie minière au service des peuples africains

Les prix des métaux et du pétrole ayant triplé entre 2002 et 2007, les pays africains riches de ces ressources ont connu un boom minier. La compétition pour ouvrir de nouvelles mines afin de satisfaire une demande mondiale en expansion étant devenue féroce, certains pays africains se sont retrouvés dans une position avantageuse pour négocier avec des investisseurs étrangers qui pouvaient auparavant exiger et obtenir des concessions importantes avant d’investir.

Mais avec le ralentissement de la croissance mondiale, ces prix ont considérablement baissé et les investisseurs hésitent. Le pouvoir de négociation des pays africains s’est affaibli, et la Zambie, par exemple, qui comptait imposer une taxe sur les profits exceptionnels réalisés par les compagnies extractrices de cuivre, a dû abandonner ce projet quand le prix du cuivre a dramatiquement plongé.

Pour voir la suite de l’article, aller sur le site d’Afrique Renouveau.

0 Responses to “Mettre l’industrie minière au service des peuples africains”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: