Le gouvernement canadien supplétif de l’impérialisme états-uniens en Amérique latine

Lors de son retour de mission au Honduras, le ministre d’état pour les Amériques Peter Kent affichait sa joie. Le renversement du Président Manuel Zelaya a été, estime-t-il, « nettoyé » par les « élections » frauduleuses de novembre dernier. Ces élections par ailleurs ont été boycottées par le mouvement démocratique. Tant l’Union européenne que l’Organisation des États Américains (OEA) ont refusé d’y envoyer des observateurs tant elles estimaient que la situation dans le pays ne permettait pas un réel exercice démocratique.


Depuis ce coup, le Canada et les États-Unis n’ont pas ménagé leurs efforts pour permettre aux putschistes de consolider leur pouvoir. La grande majorité des États d’Amérique latine refusent de reconnaître le nouveau gouvernement Lobo, sauf les alliés des États-Unis comme la Colombie et le Pérou. Présentement, Kent fait campagne pour que l’OEA réintègre le Honduras dans son giron (il avait été expulsé après le coup d’état). Fait à noter, les investisseurs canadiens sont très présents dans le secteur minier au Honduras….

Plus de details sur le site Le Journal des Alternatives

0 Responses to “Le gouvernement canadien supplétif de l’impérialisme états-uniens en Amérique latine”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: