Regard sur les communautés "Quilombolas" au Brésil

1111Une étude faite au Brésil en 2005 a identifié 2.228 communautés de “quilombos”. Ce type de communauté se trouve dans plusieurs pays et régions, comme la Colombie, le Vénézuela, l’Amérique Centrale, Cuba, la Jamaïque, les Guyanes et aux États-Unis . Ce sujet ne touche pas seulement la question de la distribution des terres, mais aussi la résistance de la population d’origine africaine au sein de plusieurs nations-la discrimination raciale existant encore-ce qui rend cette lutte politique actuelle importante.


Il est communément admis au Brésil que ces communautés sont originaires d’esclaves ayant fui des fermes où ils travaillaient dans des conditions terribles. Mais en réalité, elles ne se limitent pas à la réunion d’esclaves fugitifs :  elles peuvent être originaires de la réunion de familles d’esclaves ayant reçu en donation ou en héritage des terres de leurs ex-propriétaires, ou les recevoir comme paiement pour un service rendu au gouvernement ; ou elles peuvent être originaires des terres achetées par certains esclaves.

En 1850, la première loi sur la légalisation des terres au Brésil n’a pas reconnu les droits de possession et de propriété des Africains et leurs descendants. Dans cette législation, les Noirs n’étaient pas reconnus comme brésiliens, mais comme une catégorie séparée, ex-esclaves . Pourtant, aujourd’hui, les débats sur la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail et sa ratification au Brésil favorisent ces populations. Grâce à ce changement, les critères utilisés actuellement pour les institutions brésiliennes pour connaître les droits de ces communautés sont les suivants  : la caractérisation des descendants des communautés des “quilombos”  sera attestée par l’autodéfinition de la communauté; les terres qu’ils occupent sont celles utilisées pour garantir leur reproduction physique, sociale, économique et culturelle; et pour la mesure et la démarcation des terres, sont considérés les critères de territorialité indiqués par les communautés.

Mais les processus de légalisation des titres de propriété sont longs et nécessitent plusieurs étapes, comme : l’auto-identification, le rapport technique d’identification, la délimitation des territoires, l’enlèvement des personnes qui occupent illégalement ces territoires, la légalisation des titres de propriété et son enregistrement notarial. En 2008, il y avait 610 processus en cours. Parmi ces communautés, 72 ont eu les limites de leurs terres identifiées par l’Institut d’Agriculture et Réforme Agraire (INCRA) et leurs rapports techniques.

Ces communautés sont nées dans une période fondamentale de l’histoire brésilienne et font partie de l’identité nationale. Selon LEITE, dans plusieurs régions du Brésil, plus encore après l’abolition de l’esclavage (1888), les noirs ont été disqualifiés et les endroits dans lesquels ils vivent sont encore ignorés par les pouvoirs publics ou contestés par d’autres groupes arrivés récemment, mais ayant plus de pouvoir et de légitimité auprès des institutions politiques . De fait, l’injustice, l’exclusion et les agressions qui ont commencé dans le passé continuent encore aujourd’hui ; les démarches des processus de légalisation s’arrêtent ou avancent lentement. La persistance de la résistance et de la lutte pour ces populations n’est donc pas terminée.

Pour plus d’informations sur les  “quilombos” au Brésil, consulter ce site (en anglais).

Pour plus d’informations:

Publication du Centre on Housing Rights and Evictions (COHRE). “Direito ao território e à moradia de afro- descendentes: a situação das comunidades de quilombos no Brasil”. 2005.
LEITE, Ilka B.. « Os quilombos no brasil: questões conceituais e normativas». 2000
http://ceas.iscte.pt/etnografica/docs/vol_04/N2/Vol_iv_N2_333-354.pdf
Dec. 4.887 (20/11/2003) et IN/INCRA 49/2008. http://www.incra.gov.br/portal/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=7&Itemid=60
LEITE, Ilka B.. « Os quilombos no brasil: questões conceituais e normativas». 2000
http://ceas.iscte.pt/etnografica/docs/vol_04/N2/Vol_iv_N2_333-354.pdf

0 Responses to “Regard sur les communautés "Quilombolas" au Brésil”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: