Le Forum Social Mondial: comment profiter de la crise ?

logo du forum social mondial 2009Il est d’ores et déjà une tradition et il est de plus en plus attendu chaque année par les nombreux détracteurs de l’ordre mondial néo-libéral tel que nous le connaissons trop bien. En effet, cette année se tient le 8e Forum social mondial (FSM) à Belém, au Brésil, du 27 janvier au 1er février. Comme toujours ce dernier se tient en même temps que le Forum économique de Davos qui réunit les grands dirigeants politiques et économiques de notre monde.

C’est donc dans un souci de contestation proactive que se tiennent ces forums sociaux réunissant les biens penseurs de l’altermondialisme, ou en d’autres termes, ceux croyant qu’une réorientation du système capitaliste est nécessaire et possible, voir inévitable. En effet, ces rencontres réunissent des mouvements sociaux et des groupes de citoyens de toutes les sphères, autant du Nord que du Sud, pour établir et mettre en place des solutions réalistes aux injustices sociales.

Il s’agit donc d’un moment privilégié de rassemblement permettant de tisser et de renforcer des liens entre des groupes et des mouvements luttant pour les même idéaux. Cela permet donc par la même occasion de partager les diverses expériences de chacun, au niveau du commerce équitable ou en matière de développement durable par exemple, mais aussi d’encourager l’éducation populaire et la participation citoyenne.

Ces événements ont connu une fulgurante expansion depuis leurs débuts en 2001, passant de rassemblement de 10 à 15000 personnes  regroupé au travers de centaines  d’organisations à plus de 100 000 participants et 5000 organisations déjà en 2004.

Une partie des 100 000 participants à la marche d'ouverture,© Altnernatives international

Une partie des 100 000 participants à la marche d'ouverture,© Altnernatives international

Cette 8e édition du Forum social mondial était très attendue cette année en raison de la crise économique que connaît à son tour le monde «développé» après les multiples crises localisées que connurent les pays du Sud, comme en Argentine ou au Mexique. C’est un peu pour ces raisons qu’il se tient à nouveau en Amérique latine puisque ce continent connaît la plus forte propension au virage à la gauche politique et social. Il apparaît donc qu’il est essentiel désormais pour le FSM, s’il veut réellement établir des changements,  d’abolir son désir d’être a-politique et de passer à l’étape de partenariat avec les gouvernements ouverts à l’idée de changement. C’est pourquoi cette année des politiciens sont présents, comme le président Lula (Brésil), Chavez (Venezuela), Correa (Équateur), Morales (Bolivie) et Lugo (Paraguay) et que certains des thèmes centraux du forum tourneront autour de la nouvelle architecture de l’économie mondiale, la définition d’une plate-forme post-néolibérale et les voies à privilégier dans l’établissement d’un monde multipolaire.

Pour ce qui est des luttes sociales, le FSM 2009 met une fois de plus l’accent sur l’importance à accorder aux autochtones pour permettre à ceux qui sont souvent qualifiés de «sans-voix» d’avoir une tribune où exprimer leur désir d’autodétermination. Plus près de nous et des travaux du Comité pour la justice social, il y aura aussi un atelier de discussion sur les conséquences humaines et sociales de l’exploitation minière abusive avec pour exemple le cas des minières canadiennes dans le but de sensibiliser et de mettre en réseau des groupes pour dénoncer les abus que ce genre d’activité peut avoir.

Bref, le FSM 2009 ne dérogera pas de son objectif primaire qui est d’orchestrer la construction d’un monde nouveau et il tentera de profiter de l’actuelle turbulence que connaît la scène mondiale pour insuffler de nouvelles forces aux mouvements sociaux et à la participation citoyenne. Puisqu’en définitive le FSM vise à revaloriser le pouvoir collectif et à faire prendre conscience qu’individuellement, en tant que membre d’une société, nous avons une responsabilité sociale, mais surtout le pouvoir et la possibilité d’agir sur le cours des choses.

Pour en savoir plus sur le 8e Forum social mondial :

Site officiel du FSM

Articles de correspondants d’Alternatives International

0 Responses to “Le Forum Social Mondial: comment profiter de la crise ?”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: