Guantanamo Bay : Peut-on avoir espoir ?

Détenues de Guantanamo en "récréation", © AFP/US NAVY

Détenues de Guantanamo en "récréation", © AFP/US NAVY

Lors de sa campagne présidentielle, Barack Obama a suscité beaucoup d’espoir partout où il mettait les pieds et c’est ce qu’il lui a permis d’être élu. En effet, il est parvenu à vendre l’idée que des changements étaient possibles, et ce, notamment en matière de justice sociale. Une de ses promesses électorales qui suscite beaucoup d’attentes à l’échelle internationale, et qui est d’ores et déjà mise en suspens, est celle de fermer de façon définitive les camps de détention de Guantanamo administrés par l’Armée américaine sur l’île de Cuba. En effet, cette base navale qui fut convertie en centre de détention militaire de haute sécurité pour des individus qualifiés de combattants irréguliers comporte beaucoup de controverse. Cela est notamment dû au fait qu’il y a une sorte de nébuleuse entourant le respect des droits humains des personnes qui y sont incarcérées. Il en est ainsi puisqu’il est ouvertement déclaré que puisque ces prisonniers sont des combattants irréguliers, voir illégaux en raison de leur non respect des lois de la guerre, ils peuvent être détenus de façon illimitée et cela même sans chef d’accusation officielle. Il y aurait en ce sens plusieurs dérapages qui se produiraient à l’encontre des détenus lors des interrogatoires comme la torture et l’humiliation et c’est en raison de ces traitements que la communauté internationale requiert sa fermeture.

Au plus fort de la guerre contre le terrorisme en 2001 et 2002, les prisons de Guantanamo débordaient de plus de 770 détenus et malgré la pression internationale pour les faire libérer il y aurait encore aujourd’hui quelques 270 personnes en attente de libération. De ce nombre, pas plus d’une vingtaine ont à ce jour été déclarées coupable de crime de guerre et seulement trois ont fait l’objet d’une procédure judiciaire complète. C’est donc en ce sens que les experts des droits humains de partout déclarent la détention des prisonniers de Guantanamo d’arbitraire et d’abusive.

En réplique à ces critiques les autorités américaines se sont longtemps défendues en arguant le fait que l’objectif de Guantanamo n’est pas de mener des procès, mais bien de collecter des informations sur les menaces terroristes. Cependant cela n’autorise pas le droit à l’utilisation absolu de tous les moyens jugés utiles pour obtenir ces informations. Voici quelques conditions auxquelles sont soumis les détenus de Guantanamo selon les représentants d’Amnesty Internationale :

  • Des tortures psychologiques, comme l’isolement et la détention secrète sans aucun droit de communiquer avec l’extérieur.
  • Des tortures physiques comme le submergement sous l’eau ou l’application de douleur par le chaud ou par le froid.
  • Lorsqu’ils sont déplacés, les détenus ont les mains et les pieds menottés et un sac de toile est placé sur leur tête pour les empêcher de voir et pour les déshumaniser.
  • Ils sont détenus en cellule avec une lumière allumée en permanence avec de la musique qui joue très fort et ils peuvent de plus être interrogés à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.
  • Certains cas d’humiliation par la dégradation sexuelle, la persécution religieuse et l’obligation à la prise de drogue ont aussi été rapportés par des ex-détenus.

Pour conclure, bien que le nouveau Président Obama ait lancé cette promesse de fermeture de Guantanamo, il est encore permis de douter du fait que cela pourra résoudre la problématique. En effet, la transition de ces détenus ne serait pas des plus aisées puisque le soupçon de terrorisme planant sur eux fait en sorte que bon nombre de leurs pays d’origine refusent d’en prendre la responsabilité. De plus, la base de Guantanamo n’est pas la seule en son genre et il serait donc à craindre que sa fermeture ne vise qu’à estomper les critiques pour mieux poursuivre les interrogatoires ailleurs dans les bases américaines similaires d’Irak ou d’Éthiopie.

Pour en savoir plus :

Amnesty Internationale

Texte sur le défi d’Obama

Rapport des Nations Unis sur Guantanamo

1 Response to “Guantanamo Bay : Peut-on avoir espoir ?”


  1. 1 Mathieu January 22, 2009 at 11:34

    Selon une dépêche de l’Agence France Presse, le nouveau président américain Barack Obama a signé, ce jeudi 22 janvier, le décret ordonnant la fermeture du centre de détention de Guantanamo.
    Il marque ainsi une rupture avec la politique de lutte contre le terrorisme de George W. Bush.
    Première promesse tenue. Reste à voir l’application concrète de la fermeture et les problèmes liés au renvoi des détenus dans leurs pays d’origines…


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s





%d bloggers like this: